Portrait d’ordinand : Francisco Airton Gomes Da Silva

21 juin 2018

« Donner mille vies pour sauver une seule âme » : Ces mots de Sainte Thérèse d’Avila repris plus tard par Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus sont inscrits sur la porte de la cellule du couvent de Frère Francisco.
Francisco Airton Gomez da Silva est Carme messager de l’Esprit Saint, dans une jeune communauté d’origine brésilienne qui compte aujourd’hui 44 frères dont 10 prêtres, la plupart des frères cheminant vers les sacerdoces.

 

 

 

Francisco est né dans une famille catholique dans un état du nord-est du Brésil. A l’âge de 6 ans, ses parents déménagent pour la grande métropole de Sao Paolo. C’est là que quelques années plus tard, il rencontrera les Frères Carmes messagers de l’Esprit Saint.

Après une catéchèse classique, Francisco, à l’adolescence, prend ses distances avec la foi et l’Église jusqu’à ce qu’il fasse une expérience avec l’Esprit Saint, dans un groupe de prière du renouveau charismatique. A partir de cette expérience d’effusion de l’Esprit, il retourne à l’Église et entame un cheminement vers la Confirmation.

Après avoir reçu le sacrement du Saint Chrême, il éprouve le besoin de prier davantage, d’avoir une vie d’intimité avec Jésus ; il a également le désir d’annoncer l’amour de Dieu qu’il a rencontré personnellement, et c’est à ce moment-là que la question de sa vocation commence à se poser. Il cherche alors quelque chose de « solide, de radical, d’ascétique », avec « la volonté de faire quelque chose d’utile pour le monde ».

Au même moment, il connaît le Carmel, et c’est un véritable coup de foudre pour les grands saints : Sainte Thérèse, Saint Jean de la Croix, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Et c’est ainsi que Francisco commence à entendre parler des frères carmes messagers de l’Esprit Saint. Il se met à y faire des retraites, et un an et demi plus tard, à l’âge de 17 ans, il entre dans cette communauté.
Le 30 octobre 2009, il prononce les vœux temporaires de chasteté, pauvreté et obéissance.
Le 8 septembre 2012, seront prononcés ses vœux perpétuels. Entre temps, toujours au Brésil, il entre au séminaire en 2011 et entame des études de philosophie.

En 2014, il part pour la France et poursuit ses études de théologie au Studium de Notre-Dame de Vie.
Aujourd’hui, il fait le constat que la théologie lui a permis de recevoir la foi de l’Église, de l’approfondir, de l’affermir, d’avoir le goût de l’annoncer et de pouvoir dire personnellement : Je crois, j’adhère, j’aime la foi telle que l’Église la professe.
Il est évident pour Fr.Francisco que ce temps de théologie qu s’achève aujourd’hui, aura été un temps de croissance spirituelle et humaine. En septembre, il quittera la France pour rentrer au Brésil avec le sentiment que ces 5 années et demi passées ici en Provence, auront été très belles sur tous les plans avec des rencontres merveilleuses. Il quittera la France avec le sentiment qu’il a accompli sa mission mais que si toutefois, il était appelé à y revenir, il travaillerait à nouveau dans ce vaste champ de mission !

Pour l’heure, il a de nombreuses aspirations. L’essentielle découle de sa devise inscrite sur la porte de sa cellule, cette même devise qui animera sa vie de diacre et de prêtre : il demande à Dieu la grâce de pouvoir sauver les âmes, de pouvoir L’aider et de pouvoir participer au Salut du monde. Cette mission inscrite dans sa vocation se fera par l’annonce de la Parole, par l’annonce de la doctrine de l’Église, le mystère de l’Église. Cela se concrétisera aussi par son goût du contact humain, afin d’aider les personnes à avoir une vie intime avec le Christ à partir de la spiritualité du Carmel, afin d’aider les personnes par le sacrement de Réconciliation ; et puis il aspire de tout cœur à aider les pauvres.

Puisque Frère Francisco est conscient d’avoir été appelé par Dieu, puisqu’il sait que, tous les matins, Dieu lui renouvelle sa miséricorde, son grand désir est de répondre à l’appel de Dieu, L’aimer, rester avec Lui, être saint !